Vendredi 2 mars 2018

Pendant l’hiver, le potager est pratiquement au repos. Avec l’arrivée de la belle saison, l’activité jardinage est de retour avec ses promesses de jolies récoltes.

Que faut-il faire avant de débuter une nouvelle saison de plantation de légumes ? Quels sont les gestes indispensables pour avoir un beau potager au printemps ? Que peut-on déjà semer ou planter sans risque ?

1. Nettoyer

Le nettoyage du potager est une activité incontournable de la fin d’hiver, notamment pour effacer les affres du gel. Si vous avez cultivé certains légumes hivernaux, comme les betteraves, topinambours ou carottes, vous les avez protégés d’un paillis. Il est temps de le retirer et d’enlever également toute trace de racines et de mauvaises herbes. Récoltez avant cela vos derniers poireaux ou endives, légumes phares de l’hiver.

Profitez de ce grand déblayage pour commencer un compost au fond de votre jardin. Il vous sera très utile comme engrais naturel et réduira vos déchets par la même occasion.

Pour nettoyer le sol, il faut aussi l’aérer. Décompactez la terre à l’aide d’une bêche, ou outils plus modernes et moins laborieux, une grelinette ou une griffe. Pour les grandes surfaces, un motoculteur peut être utile. Avec ce dernier, évitez cependant les passages trop répétés qui risqueraient de créer une sorte de semelle compacte sous la terre, empêchant ainsi les légumes de s’épanouir correctement.

Nettoyer, c’est aussi retirer les branches et feuilles mortes, tailler les arbustes et les petits arbres fruitiers.

2. Rétablir l’équilibre

Le printemps est l’occasion pour le jardinier de vérifier la qualité de sa terre. Si elle est sableuse, elle est facile à travailler mais se présente pauvre en éléments nutritifs. Elle peut alors être fertilisée grâce à des matières organiques décomposées. Si elle est argileuse, elle est plus difficile à travailler. Un ajout de sable la rendra plus meuble et susceptible d’accueillir comme il se doit les plants et les semis.

L’apport d’amendement, par le compost ou la fumure, termine d’enrichir le sol de votre potager. Et si vous avez aperçu la présence de petits rongeurs dans votre terrain, placez à l’entrée de leurs terriers un purin de sureau, un répulsif tout à fait naturel.

3. Penser aux plantes compagnes

Toujours dans le but de respecter un équilibre et de protéger les futurs légumes d’éventuels nuisibles, vous pouvez faire de plusieurs plantes les meilleures amies de votre potager. Ainsi, quelques orties, trèfles et pissenlits attirent les insectes mellifères.

À l’inverse, les fleurs comme les œillets ou les soucis repoussent les pucerons, et l’aneth décourage les mouches de la carotte. Sauge, romarin ou thym éloignent de vos salades les limaces et les escargots, et le myosotis évite la prolifération du ver du framboisier.

4. Semer et planter

Une fois tout cela exécuté, vous pouvez commencer à remplir votre potager. En mars, on sème les aubergines et les carottes, épinards, fèves, ainsi que les radis. On plante également de l’ail et des échalotes, asperges, artichauts, des pommes de terre ou encore de la ciboulette. Quelques salades du printemps peuvent également être semées dès la fin du mois.